Header image header image 2  
Ou l'art de devenir ZEN ...
Accueil >> ARCHIVES PHOTOS >> Le monastère de Samye, Sāng Yē Sì 桑耶寺

 
 
Le monastère de Samye, Sāng Yē Sì 桑耶寺
Cliquez sur la vignette pour visualiser le lieu sur GOOGLE EARTH

 

Le monastère fut fondé en 779 par Trisong Detsen (704?-797), 38e roi du Tibet qui implanta dans son royaume le bouddhisme. Samye (Sāng Yē Sì 桑耶寺) est ainsi le premier monastère bouddhiste au Tibet.

  • Le bouddhisme tantrique l'emporte

Le moine indien Shantarakshita, dont l’enseignement était basé sur les soutras, avait choisi le site de Samye pour y bâtir un monastère. Néanmoins, arrivée à une certaine hauteur, la construction s’écroula. De nouvelles tentatives ne furent pas plus fructueuses. C’est alors qu’arriva au Tibet Padmasambhava, maître indien du bouddhisme tantrique. Il acheva la construction du monastère.

  • Le concile de Lhasa

Le roi Trisong Detsen organisa, au sein du monastère, un débat philosophique entre les tenants du bouddhisme indien et chinois qui s'affrontaient alors. En 792, à l'issue du débat relaté par Paul Demiéville sous le nom de concile de Lhasa, le bouddhisme indien l'emporta. Aussi, Trisong Detsen déclara le bouddhisme religion d'état au Tibet en présence de Padmasambhava et sa parédre (épouse mystique) Yeshe Tsogyal, de Shantarakshita et Vimalamitra, ainsi que de nombreux traducteurs dont Vairotsana.

  • Un monastère détruit, puis reconstruit

Détruit après l'invasion chinoise du Tibet pendant la révolution culturelle, il a été reconstruit après les années 80 et demeure toujours un important centre de pèlerinage.

Situé à environ 9km des rives du Brahmapoutre, accolé à la montagne et accessible (en 2009) uniquement en 4x4 par des pistes sablonneuses ou par bateau depuis la rive sud du Brahmapoutre (en période de hautes eaux), le monastère est pour le moins isolé! Lorsque nous y serons, il n'y avait pas d'électricité. Toutes les photos ont été réalisées dans la pénombre. Je dois remercier mon Nikon D300 qui m'a permis de shooter à 6400 ASA en format RAW pour bénéficier de la dynamique maximum (14 bits contre 8 bits pour le jpeg... un conseil, oubliez le jpeg!!) nécessaire pour le traitement d'images postérieurs...

Nous assistons ainsi à la fin de la lecture et au retour des textes sacrés dans les bibliothèques du monastère.

Retour vers notre voyage au Tibet

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash