Header image header image 2  
Ou l'art de devenir ZEN ...
Accueil >> ARCHIVES PHOTOS >> Palais du Potala, Bùdálā Gōng 布达拉宫

 
 
Palais du Potala, Bùdálā Gōng 布达拉宫
Cliquez sur la vignette pour visualiser le lieu sur GOOGLE EARTH

 

Le palais du Potala (bùdálā gōng 布达拉宫), est l'édifice le plus célèbre et le plus symbolique de Lhasa (Lāsà 拉萨), situé sur la colline de Marpari (« la colline rouge »). Construit par le cinquième dalaï-lama, Lobsang Gyatso (1617-1682), il fut notamment le lieu de résidence principal des dalaï-lamas qui lui succédèrent, jusqu'à la fuite de quatorzième dalaï-lama en Inde après le soulèvement contre l'armée chinoise en 1959. Aujourd'hui, le quatorzième dalaï-lama réside à Dharamsala dans le nord de l'Inde et le palais du Potala est devenu un musée de la République populaire de Chine.

  • Histoire de la construction du palais:

En 1645, le 5e dalaï-lama décida la construction du Palais du Potala sur la Colline Rouge, où le 33e Roi du Tibet Songtsen Gampo avait construit un fort rouge au VIIe siècle. Il fallut près de 43 ans pour en terminer la construction.

Vers la fin de sa vie, le 5e dalaï-lama s'étant retiré de la vue publique, confia les pouvoirs au Régent Sangyé Gyatso. En 1682, à l'âge de 65 ans, il meurt avant d'en avoir terminé la construction. Suivant les dernières consignes du défunt, Sangyé Gyatso garda le secret de sa mort et cacha ainsi au peuple tibétain la mort du dalaï-lama pendant plus de 12 ans, jusqu'à la fin des travaux!

Le Palais du Potala est devenu le palais d'hiver des dalaï-lamas après la construction du Norbulingka (Luó Bù Lín Kǎ 罗布林卡), le palais d'été au XVIIIe siècle, un chef d'œuvre architectural tibétain construit par le 7e dalaï-lama, Kelzang Gyatso.

  • Un palais inscrit au Patrimoine Mondial de L'UNESCO, mais...

Le Palais du Potala bénéficie d'une protection forte en tant que patrimoine national d'état chinois depuis 1961, à l'initiative de Zhōu Ēnlái. Grâce à cette protection, il a échappé au vandalisme lors de la révolution culturelle où plus de 6 000 monastères, lieux de culte et ermitages furent détruits.

Le Palais du Potala a été inscrit dans la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1994. En 2000 et 2001, le Temple de (Dàzhāo Sì 大昭寺) et le Norbulingka (Luó Bù Lín Kǎ 罗布林卡) ont été admis sur la liste en extension de ces sites.

Mais, le Potala a été totalement vidé de ses 100 000 livres et pièces artistiques, qui ont été transferés à Shànghǎi, Tiānjīn et Gānsù. Il subit également d'importants dommages liés à l'afflux touristique. De même, les autorités Chinoise ont procédé à la destruction des anciens quartiers situés à proximité de ces monuments. Ainsi devant le Potala une vaste esplanade carrée avec des fontaines et deux sculptures neuves de lions chinois dans le style du XV siècle, permet d'accéder au Potala. Les démolitions se sont effectuées rapidement et cela «en débit de la convention signée avec l'Unesco qui cherche à respecter l'intégrité du cadre historique d'un lieu».

  • La visite:

Il comprend le Palais blanc et le Palais rouge, ainsi que leurs bâtiments annexes. Comportant une partie blanche et une partie rouge, le Palais du Potala symbolise l'union du pouvoir spirituel et temporel et son rôle dans l'administration du Tibet.

Le Palais blanc est la partie du palais du Potala dédiée aux quartiers de résidence du dalaï-lama. D'usage séculier, le palais contenait les quartiers d'habitations, les bureaux, le séminaire et l'imprimerie. Une cour intérieure centrale peinte en jaune, la Deyangshar, sépare les quartiers d'habitation du palais rouge.

Le Palais rouge est la partie du palais du Potala qui est entièrement dédiée à l'étude religieuse et aux prières bouddhistes. D'un plan complexe, il abrite de nombreuses entrées, chapelles et bibliothèques sur plusieurs niveaux, reliés par beaucoup de petites galeries tortueuses. Il abrite surtout les cénotaphes des dalaï-lamas.

Retour vers notre voyage au Tibet

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash