Header image header image 2  
Ou l'art de devenir ZEN ...
Accueil >> ARCHIVES PHOTOS >> Le monastère Jokhang, Dàzhāo Sì 大昭寺

 
 
Le monastère Jokhang, Dàzhāo Sì 大昭寺
Cliquez sur la vignette pour visualiser le lieu sur GOOGLE EARTH

 

Le monastère Jokhang, Dàzhāo Sì 大昭寺 est le premier temple bouddhiste au Tibet ainsi que le centre spirituel de Lhasa (Lāsà 拉萨). C'est également l'attraction touristique la plus célèbre de la ville avec le palais du Potala (Bùdálā Gōng 布达拉宫). Il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO dans l'«ensemble historique du palais du Potala».

Le monastère fut construit par le roi tibétain Songtsen Gampo au début de l'année 639 pour fêter son mariage avec la princesse Táng chinoise Wénchéng, une bouddhiste. Il fut, avec le Ramoché, l'un des premiers temples construits à Lhasa (Lāsà 拉萨) au VIIe siècle ; il est l'un des plus vénérés de tout le Tibet car il abrite une statue du Jowo, représentant le jeune Bouddha âgé de 12 ans qui aurait été sculptée de son vivant. Son nom signifie d'ailleurs "la maison du Bouddha".

Ce temple reste un centre de pèlerinage bouddhiste depuis des siècles. Dans les derniers siècles, le complexe a été étendu et recouvre maintenant 25 000 mètres carrés. Le Jokhang fut construit en quatre temps, avec du chaume et des colonnes de bronze. Le style architectural s'inspirait à l'origine du vihara indien ; les extensions ultérieures ont introduit un mélange des styles indien, népalais, et Táng.

Vue sur le palais du Potala depuis le toit du Temple Jokhang

Vue sur le palais du Potala depuis le toit du Temple Jokhang

Sur le toit, deux daims encadrent une roue du dharma, symbole bouddhique. En 823, une stèle connue sous le nom de «Tablette de pierre de l’Unité du long Terme» fut érigée devant la porte principale du temple, et dont il existerait 2 autres copies, l'une à Xī'ān 西安 au niveau de la porte de l'empereur, et l'autre à la frontière tibéto-chinoise. Y sont inscrits les termes du traité de paix sino-tibétain de 822 par lequel les deux souverains du Tibet et de la Chine sont convenus d'unir leurs royaumes ; celui-ci précise notamment : « Le Tibet et la Chine garderont les frontières qu'ils possèdent actuellement. Tout à l'est est le pays de la grande Chine, tout à l'ouest est le pays du grand Tibet. Désormais, de part et d'autre, il n'y aura ni hostilité, ni guerre, ni prise de territoire."

Vue sur la rue Bakhor depuis le toit du Temple Jokhang
Vue sur la rue Bakhor depuis le toit du Temple Jokhang

Retour vers notre voyage au Tibet