Header image header image 2  
Ou l'art de devenir ZEN ...
Accueil >> ARCHIVES PHOTOS >> La maison du clan Qiáo, Qiáo Jiā DàYuàn 荞家大院

 
 
La maison du clan Qiáo, Qiáo Jiā DàYuàn 荞家大院
Cliquez sur la vignette pour visualiser le lieu sur GOOGLE EARTH

 

Les Qiáo, une dynastie marchande

Le clan Qiáo est l'une des familles marchandes les plus célèbres des dynasties Míng et Qīng. Vers 1740, un paysan sans terre du village de Dōngguǎn (à mi-chemin entre Tàiyuán et Píngyáo), un certain Qiáo Guifa, franchit la Grande Muraille pour aller s'employer comme commis chez un marchand de Mongolie. Plus tard, il parvint à ouvrir une petite boutique de soja puis créa en 1755, le société de La Vaste Prospérité. Grâce au sens des affaires de Qiáo, la société finit par exercer un véritable monopole commercial sur la ville de Bāotóu (Mongolie Intérieure).

Tout l'empire des Qiáo fut dès lors administré à partir du village de Dōngguǎn, dans un palais-forteresse. Des centaines de personnes vivaient et travaillaient dans ce palais : membres du clans, épouses, concubines, servantes, clercs et domestiques.

Qiáo ZhìYōng (1818-1907) réorganisa son entreprise en un véritable réseau bancaire qui à la fin des années 1880, comptait plus de 20 succursales du nord au sud de la Chine. Son successeur Qiáo YángXià, converti au christianisme, participa au financement des idées révolutionnaires de Sun Yat-sen (Sūn Zhōngshān en pinyin). A partir des années 1920, la fortune des Qiáo déclina et leurs banques furent confisquées durant l'invasion japonaise, portant le coup de grâce à cette grande famille de marchands.

Une demeure richement décorée

La construction d’aujourd’hui couvre une superficie de 10 642m2. Elle est compose de 6 grandes cours, 20 petites cours et 313 pieces et forme une position d’un caractere chinois xǐ “Double bonheur”. Une énorme enceinte en briques grises l'enserre tandis qu'à l'extérieur les revendeurs de vraies - fausses antiquités attendent les touristes...

Cette magnifique demeure servit de décors au film “Épouse et concubines”.