Header image header image 2  
Ou l'art de devenir ZEN ...
Accueil >> ARCHIVES PHOTOS >> Le temple Jìncí, 晋词寺

 
 
Le temple Jìncí, 晋词寺
Cliquez sur la vignette pour visualiser le lieu sur GOOGLE EARTH

Situé au pied de la montagne Xuanweng, dans la banlieue sud-ouest de la ville de Tàiyuán, le Temple Jìncí doit son nom à la rivière Jìnshuǐ qui y prend sa source. Des constructions antiques, des eaux de source pures comme du jade et des statues d'argile extraordinaires attirent les touristes depuis des siècles.

Le roi ne plaisante jamais..

.

Il a été construit pour honorer la mémoire du prince Shuyu, le frère du second roi de la dynastie des Zhōu de l'ouest. En 1064 av. J.-C. 2 ans après la chute de la dynastie des Shang, Wŭ Wáng, le premier empereur de la dynastie des Zhōu de l'ouest, mourut dans la force de l'âge.

Le jeune prince héritier Jisong lui succéda, son nom de règne serait désormais ChengWáng dans l'histoire de la dynastie des Zhōu de l'ouest. Etant donné qu'il était trop jeune pour gouverner l'Etat, un ministre du nom de zhōu gōng exerça alors la régence. A la cour, il portait chaque jour le petit roi sur son dos pour aller recevoir les courtisans. Fidèle et sincère, zhōu gōng fit tout son possible pour bien élever le petit roi. Un jour que ChengWáng et son frère Shuyu jouaient ensemble dans l'arrière-cour, le petit roi donna une feuille de platane à son frère en lui disant : « je te nomme feudataire ». zhōu gōng eut vent de cette affaire, et demanda quelques jours plus tard à ChengWáng de tenir la promesse faite à son frère. Mais ChengWáng éclata de rire : - « C'était une plaisanterie, seulement un jeu. » zhōu gōng lui dit avec une attitude des plus sérieuses : - « Le roi ne plaisante jamais. Ses paroles sont notées dans les livres d'histoire. » ChengWáng prit donc également cette affaire au sérieux et conféra sur-le-champ le fief Tang à son frère Shuyu. Le fief Tang est actuellement le district Yìchéng dans la province du Shānxī.

Un temple pour rendre hommage au frère de roi

Sous l'administration de Shuyu, l'agriculture du fief Tang se développa très rapidement et les habitants locaux menèrent une vie heureuse et prospère. Pour commémorer Shuyu, les descendants ont construit à la source de la rivère Jìnshuǐ le temple Jìncí. C'est un ensemble culturel qui s'étend dans un très beau et vaste parc traversé par un petit cours d'eau.

On ne sait pas avec précision à quelle date il a été construit, mais on est sûr que ce n'est pas postérieur à la fin du Ve siècle av. J.-C. Il a été restauré et agrandi à maintes reprises au cours des siècles. En 646, l'empereur Tàizōng, second roi de la dynastie des Táng, a exigé qu'on lui donne une grande envergure. Au 11e siècle, l'empereur Rénzōng de la dynastie Sòng fit construire le grand temple de la Sainte-Mère à la mémoire de Yijiang, la mère de Shuyu. Cet imposant édifice à double toiture de tuiles en dos d'anguille offre en façade huit colonnes sculptées en haut-relief de dragons dorés. A gauche du Temple de la Sainte-Mère, on peut remarquer un cyprès vieux de plus de 2000 ans qui aurait été planté sous la dynastie des Zhōu de l'ouest, c'est pourquoi on l'appelle aussi le cyprès des Zhōu. Ces branches couvrent une salle entière.

Dans le Temple Jìncí, il y a aussi un sophora vieux de plus de 1000 ans. Les vieux arbres, le cours d'eau, les temples et la Sainte-Mère avec ses servantes parlent à l'imagination des visiteurs.